Présentation

 Bienvenue dans l’univers de l’artiste peintre Mado Pourtin-Mousnier, installée en Périgord Vert (Nord Dordogne).

Identifiant SIRET   529 537 987 00016 Numéro d’ordre Maison des artistes : P757913

Tous droits réservés – Toute reproduction des oeuvres est interdite.

Avertissement !  Les photos des oeuvres présentées sur le site de Mado Pourtin-Mousnier ne sont pas toujours représentatives de la qualité des oeuvres originale

Cette peintre autodidacte a participé entre 1977 et 1991 à de nombreux salons et expositions personnelles. Puis, elle a abandonné son activité artistique durant plus de 10 ans.

Depuis 2005, elle puise à nouveau son inspiration dans ses thèmes favoris : la femme, la musique, la nature, les mondes oniriques… Peintre de l’imaginaire, elle nous présente essentiellement un monde où rêve et poésie se juxtaposent.

Elle peint à l’huile et elle utilise parfois des collages comme des matériaux souples à malaxer et à modeler. Ces collages ne sont jamais neutres. Ils créent du volume et sont chargés de mots, de textes et de messages engagés.

Sa peinture figurative est symbolique et narrative.

Exposition Abbaye de Brantôme (Dordogne/France) / 2022

« Les femmes et les enfants d’abord. Un seul homme, la tête du Christ avec couronne d’épines. Les Anges aussi transparents que pâles, vêtus de blanc et de bleu, témoignant de la présence du ciel, au cas où on l’aurait oublié. Pas de secousse, tout est lisse et limpide…comme pour nous rappeler à notre candeur, pureté originelle, contrairement à l’idée du pêché O*.

Mado nous invite en douceur à entrer en contact avec notre permanence lumineuse – Elle s’y repose, elle souhaite faire briller l’Ange en nous – oublie les griffures et les rides que le temps inflige, nous sommes hors du temps, et dans un espace s’ouvrant vers la nature, puis vers l’Univers. L’élégance végétale s’infiltre dans ses toiles, telle une parure du paradis, chez elle, le paradis est présent, jamais perdu – Il perdure, car nous sommes le paradis sur terre, si nous le voulons bien. Les regards sont des fenêtres de l’âme, il n’y a pas d’expressions émotionnelles fortes, ni chagrin, ni colère, une larme en forme de perle apparaît rarement. Les figures illustrent une présence suspendue entre deux mondes, faits pour se rencontrer.

Mado tend ses mains et son cœur pour cela, elle veut réunir ce qui n’a jamais été séparé, ne témoigne pas de la douleur, ce n’est pas une expressionniste, ni une tragédienne, c’est une gardienne de la félicité, apanage de la féminité – Le Féminin Sacré sous toutes ses formes. La blancheur immaculée fait oublier le sang rouge de nos artères et le sang bleu de nos veines, l’écriture gravée de nos rides dessinant le parcours héroïque de nos vies terrestres – Nous oublions que nous sommes seulement humains, ce que tant de personnes prétendent être.

Mado nous propose la non-douleur, c’est trop lisse pour être vrai et donc, elle fait parler ou chanter les symboles – Une partition symbolique, avec thèmes et variations d’une idée du Bonheur ! La beauté se situe dans un idéal de transparence et de pureté qui ne se voit pas sur terre. Que notre physionomie, notre morphologie soient le reflet de notre âme intacte semble être le rêve peint de Mado Pourtin Mousnier…

Cela arrivera un jour, lorsque nous aurons cessé tous combats, ceux-là même qui nous abîment, ceux-là même qui nous font dépasser l’épreuve des baptêmes du feu, pour enfin traverser le pont de l’Ange qui regarde en nous. Sa peinture parle de nous, d’un permanent recours vers notre perfection, Romantisme, Symbolisme ou simplement un désir charmant de grâce intemporelle au service de la vie pure. Puriste aux propositions surréalistes dont les solutions succombent devant tant de douceur. »

Sofi EVREÏNOFF*  Artiste Peintre et galeriste

« Un univers de femmes, toute une mythologie. Des femmes ailées, des femmes chevelures, des femmes plantes et arbres, des femmes venues d’ailleurs, des femmes planètes, des femmes musiques, des enfants femmes, une cosmogonie bleue lunaire, une cosmogonie plus solaire avec des teintes chaudes…

Mado Pourtin Mousnier nous entraîne dans un imaginaire féérique, extra-terrestre fait de mystère, d’harmonie et de beauté où les femmes, les plantes et les fleurs se parlent et s’épanouissent. Un royaume refuge doux, calme, profond, d’où la violence est bannie. Et j’ai envie de citer Eluard « La courbe de tes yeux fait le tour de mon coeur, Un rond de danse et de douceur » pour symboliser l’univers sensible de cette artiste peintre. Un miroir thérapeutique dans lequel je vous invite à plonger pour oublier les terribles soubresauts de notre société divisée. »

Marie-Hélène Aubineau. Vernissage expo 2020 Galerie municipale de Châteauneuf sur Charente

« Son atelier, en plein cœur du Parc Naturel Périgord Limousin, se situe sur une marge boisée entre Bandiat et Nizonne, dans un hameau tranquille et verdoyant.
Mais cette artiste n’est pas une peintre paysagiste, elle travaille exclusivement à l’intérieur de son atelier perché et se préoccupe surtout d’intériorité. Tour à tour entre figuration et abstraction, son travail s’attache à décrire des mondes oniriques et intimes. Sous la trompeuse apparence de portraits réalistes, de représentations de femmes, d’enfants, de musiciens, de fleurs ou d’arbres, elle vous raconte des histoires où tout est symbole. Ses personnages ne sont pas des êtres réels, d’ailleurs les anges ne sont jamais bien loin et nous proposent au fil des toiles leur message codé. Même ses peintures abstraites sont le fruit d’un travail minutieux, pas uniquement des effets de matière mais un long dialogue avec la couleur ou le mouvement pour exprimer les délicats reflets de son âme.
Pour pénétrer cet univers plein de poésie, il suffit de gravir les marches de pierre qui conduisent à sa salle d’exposition ». Extrait d’un article paru dans Sud-ouest le 30 mai 2015.

« Mado POURTIN-MOUSNIER propose une allégorie de la posture intergénérationnelle et du besoin psychique de communiquer autour de l’inquiétude existentielle. Elle suscite aussi en nous une analyse critique des représentations mentales autour de la féminité et de leur rapport au monde actuel.  Les messages de Mado POURTIN-MOUSNIER, malgré leur intensité, ne nous font pas violence grâce à une technique peaufinée si particulière dans l’œuvre de l’artiste qui  s’attache dans la forme à nous en adoucir son contenu substantiel. »

J.M. Favard – Travailleur social et artiste peintre

                « Alors que le surréalisme influençait ses premières œuvres, ce peintre figuratif glisse désormais vers un art de l’image parabole. Celui-ci, plus  incisif, puise son inspiration dans la réalité contemporaine. Mado POURTIN MOUSNIER, dans sa quête du « beau », témoigne d’une dualité. Ainsi, son univers pictural parle tout à la fois de douleur et de sérénité et il ne peut nous laisser indifférent. Sa peinture, lumineuse et sensible,  nous oblige à méditer sur le sens à donner au regard intérieur de l’artiste. Il s’y dévoile et fait échà nos propres états d’âme. »

J.Y.  Agard – Enseignant chercheur, Docteur en anthropo-sociologie

               « Son pinceau chante l’ange en l’éternelle femme

Et la musique alors devient mille couleurs,

Ce qu’elle donne à voir n’est vu que par le cœur

Ou par celui qui sait d’où a jailli son âme…

Chaque tableau raconte un voyage lointain,

Au-delà des forêts, des villes, des rivières,

Au-delà de ce qui est soumis aux frontières,

Au-delà de ce que perçoit un œil humain !

Des visages, des yeux parés de sa peinture

Et des corps révélant la beauté d’être ici,

Tout ce que l’Indicible a fait de la Nature,

Tout se tient dans un trait engendré par magie,

Tout mène le rêveur vers le Vrai et le Pur,

Tout est dans une main qu’a dirigée la vie ! »

J. E. Deschamps – Ecrivain, auteur compositeur, interprète.